Paroles de lauréats

Clément GASNER, Swish Live

"C'est très agréable d'avoir autant de gens à l'écoute vis à vis de notre projet entrepreneurial"

Clément GASNER était présent à cette troisième édition du SportUp Summit . Il est venu représenter et défendre son projet Swish Live, dans la catégorie des Entreprises innovantes de moins de 36 mois. Il a su convaincre le jury et a donc remporté la première place ex-aequo, aux côtés de Sergi GARCIA-ALSINA DE RAMON.

 

Clément GASNER est le co-fondateur de la startup Swish Live, avec Jean-Baptiste FERRET-CHABE. Ces deux jeunes entrepreneurs de Haute-Garonne ont créé l’entreprise Swish Live en 2017. Swish Live est une application mobile permettant de diffuser en direct, comme à la télévision, les rencontres sportives des clubs de sport amateurs ou professionnels. La diffusion s’effectue sur les réseaux sociaux des clubs et permet d’incruster, en temps réel, le score, la couleur des maillots, le chronomètre ainsi que des publicités.

 

Accompagné à Font-Romeu par ses 3 coaches, ils formaient l’équipe “Richard Gasquet”. Nous les avions rencontrés à la sortie de la pitch room, où chaque candidat a la possibilité de s’entraîner avant le pitch officiel devant le jury. Clément GASNER était plutôt détendu, mais avait soulevé le fait qu’il faudrait encore un peu de travail avant le pitch officiel du lendemain. Le mot d’ordre de l’équipe était la bienveillance. En effet, après avoir plaisanté au sujet de la sonnerie du Lycée de Font Romeu, Clément a décrit ses coaches comme des “accompagnateurs très investis et bienveillants”. Ses coaches étaient confiants et tentaient de “lui donner les meilleurs conseils pour qu’il puisse avancer, être à l’aise avec son projet et gagner”.

Un mois après l'événement, le candidat venu représenter Swish Live a bien voulu répondre à nos questions. Il nous donne son ressenti par rapport à l'événement, et nous parle de la suite des aventures pour Swish Live.

Comment avez-vous vécu l’événement ? Qu’est-ce qui vous a le plus plu ? 

Le fait d'être coupé du monde dans ce cadre, cela change beaucoup de notre quotidien, et forcément ça marque ! Etant passionné de sport, je me suis tout de suite senti à l'aise. 

 

Qu’est-ce cela vous a apporté ?

C'était très agréable d'avoir autant de gens à l'écoute vis à vis de notre projet entrepreneurial. Partager 3 jours avec un groupe de coachs aussi investis et bienveillants, c’était stimulant. Par rapport à notre projet, cela permet surtout de faire le tri sur les informations inutiles/percutantes que l’on peut donner lorsque l’on pitch. Enfin, c'est l'occasion de rencontrer au même endroit les acteurs du tissu entrepreneurial sportif régional et national.

 

À votre avis, qu’est-ce qui vous a permis de gagner, qu’est ce qui a fait la différence par rapport aux autres candidats ?

Premièrement, (je ne vais pas être original) les conseils de mes 3 coachs. Ils avaient chacun une vision très claire de ce qui devait être dit et transmis au jury lors de ces 3 minutes. J’étais filmé constamment, même si ce n’est pas agréable de se voir, c’est assez efficace je pense.

Deuxièmement, ne pas perdre de vue que le plus important lors d’un pitch, ce n’est pas de caser tous les mots clés que l’on a pré enregistré, mais plutôt de cibler les 2 ou 3 messages clés qui doivent rester en tête et être percutants pour le jury.

 

Avez-vous fêté votre victoire à votre retour ?

On a loué un bus et descendu les allées Jules Guesde à Toulouse sur du Végédream. Non, plus sérieusement, pas de fête, juste un coup de fil à mon associé qui était content et fier que notre projet fasse écho.

 

Quel a été l’élément moteur qui vous a poussé à vous inscrire à ce concours ?

Notre conseillère chez AD'OCC, Emilie Bergier.

 

Un mois après le SportUp Summit, où en êtes-vous ? 

En un mois, il se passe énormément de choses au sein d’une jeune entreprise, on trouvait notre business model sous forme d’abonnement pas assez pertinent. Cela freinait l’usage de notre solution. Notre discours a donc changé vis à vis de cela. Aujourd’hui, on laisse les clubs ne pouvant pas payer la solution de streaming avec une version réduite de l’application (plutôt que de leur couper l’accès), et on va chercher les sponsors pour valoriser l’audience nous-même. Le but est de multiplier le nombre de live via notre application. Les premiers résultats sont positifs, puisque l’on a doublé notre audience mensuelle en passant de 100k vues à 200k vues. Notre projet à l'heure actuelle est de boucler notre plan de financement pour l'année 2019 avant la fin du mois, et de continuer à décupler le nombre d'utilisateurs.

 

Qu’espérez-vous pour 2019 ?

En 3 points :

1 - Continuer d’améliorer le produit : plusieurs fonctionnalités vont sortir avant la fin de l’année !

2- Atteindre 1 Million de vues mensuelles très rapidement

3 - Tisser des liens de partenariats avec les ligues et fédérations pour valoriser les sports non diffusés à la télévision.

 

Sergi GARCIA-ALSINA DE RAMON, Pista Negra Sports

"Le premier contact international de notre projet pour lui donner de la visibilité"

Originaire de Barcelone, Sergi GARCIA-ALSINA DE RAMON est le co-fondateur de Pista Negra Sports. Lors de cette édition 2018 du Sportup Summit, il a présenté une chaussure de ski révolutionnaire qui permet de skier “plus confortablement” sans compromettre les performances sportives et qui se transforme aussi en chaussure de ville. Il remporte la première place ex-aequo avec Clément GASNER dans la catégorie des Entreprises innovantes de moins de 36 mois

 

Pistra Negra Sports concourait dans la catégorie Entreprises de moins de 36 mois. Grâce à un pitch convainquant, il a pu obtenir la première place ex-aequo pour “la conception et le développement de chaussures de ski à la technologie breveté (exo structure intégrée) permettant la pratique du ski et la marche normale”.

Aidé par son équipe composée de Matthias COMPAN, Anthony DEBLOCK et Hubert GALLAIS, Sergi GARCIA-ALSINA DE RAMON a représenté le rapprochement entre l’innovation française et espagnole. Le barcelonais a été l’un des premiers candidats internationaux du concours SportUp Summit. Il n’était pas rassuré par la barrière de la langue mais ses différents coachs ont su le rassurer et travailler avec lui pour préparer le pitch final. Un mois après l'événement, le candidat international représentant Pista Negra Sports nous livre son ressenti sur l’édition 2018 du SportUp Summit.

Comment avez-vous vécu l’événement ? Qu’est-ce qui vous a le plus plu ?

Je l’ai vécu avec un grand intérêt, c’était le premier contact international de notre projet. Et au début avec un peu de peur à cause de la difficulté de la langue, mais finalement ça s'est bien passé.

J'ai adoré l'événement, c'est une excellente initiative de créer un événement pour les startups du secteur du sport. Ce que j’ai aimé le plus, c’est la bonne ambiance sportive, l’emplacement, la montagne, l’air pur.

 

Qu’est-ce cela vous a apporté ?

Pour PNS [ndlr: Pista Negra Sports] cela a été très profitable, on a fait beaucoup de contacts, surtout beaucoup de skieurs qui ont pu tester le nouveau prototype. J'espère que les contacts faits, pour des partenariats industriels, fructifieront. Et si les possibilités de financement se matérialisent enfin, comme je l’ai dit, nous pourrions "traverser les Pyrénées". Vraiment notre projet a suscité beaucoup d'intérêt.

Sur le plan personnel, ce qui m'a le plus apporté, ce sont mes coachs (Hubert, Mathias et Antho), d'excellents professionnels et meilleures personnes, je ne doute pas que nous nous reverrons.

 

À votre avis, qu’est-ce qui vous a permis de gagner, qu’est ce qui a fait la différence par rapport aux autres candidats ?

Évidemment, je savais que notre projet intéresserait car le développement du Sportup se faisait à Font-Romeu et, depuis le début, les trois coachs, ayant eu l'expérience des éditions précédentes du sommet sportif, ont déclaré que PNS était le projet gagnant, bien que je n'en étais pas si sûr.

Mais bien que c'était un projet attrayant, le prix est en grande partie grâce aux coachs. Comme ce qu’ils ont dit eux-mêmes, au niveau de la stratégie commerciale, PNS avait déjà des idées claires, cela nous a permis de nous concentrer sur l’exécution d’un bon discours et leur travail a été fondamental. Nous avions aussi le désavantage de la langue et ils devaient faire aussi des tâches de professeurs de français ! 

Avez-vous fêté votre victoire à votre retour ?

Bien sûr, que nous l’avons célébré, nous avons organisé un bon dîner avec le reste de l'équipe !

 

Quel a été l’élément moteur, qui vous a poussé à vous inscrire à ce concours ? 

Nous visions plusieurs objectifs :

Nous voulions trouver des partenaires industriels car en France il y a une industrie importante de matériel de montagne.

Nous cherchions aussi des réseaux d'accompagnement pour étudier les possibilités de nous établir en France, et pouvoir accéder aux réseaux de financement

Finalement c'était de donner de la visibilité au projet en France et ainsi trouver l’expertise du ski nécessaire à son développement futur. 

 

Un mois après le SportUp, où en êtes-vous ? 

Nous sommes en train de trouver un fournisseur/partenaire industriel pour la partie chaussure interne de notre produit. Ça nous permettra de développer la quatrième version de notre prototype. Puis pour cette saison, il s'agit de faire le maximum de test avec des skieurs professionnels.

 

Qu’espérez-vous pour 2019 ?

Au début de 2019, nous devons terminer les tests du prototype. Établir également des contacts avec des magasins spécialisés afin de laisser les unités de test à leurs clients pour les évaluer. Nous devons également trouver des fonds pour produire ces unités d’essai, nous sommes confrontés à une levée de fonds d’au moins 400 000 €. 

Grégory DOUCENDE, Perf' Trail

"L’événement arrive à mêler travail et convivialité"

Grégory DOUCENDE, représentant de l’Université Via Domitia Perpignan (partenaire de l’événement) était également présent à Font-Romeu pour représenter et défendre Perf’Trail. Ce projet, sélectionné pour intégrer le nouvel incubateur de l’Université de Perpignan “UPVD IN CUBE” depuis le début de l’année 2018, s'est également lancé le défi de remporter le Sportup Summit.

 

L’objectif de Perf' Trail est d’étudier le comportement du sportif en condition réelle pour calibrer au mieux leurs séances d'entraînement. Les tests seront effectués en montée comme en descente pour comprendre la “biomécanique de la foulée”.

 

C’est dans la catégorie Porteur de projet que Perf’Trail a pu décrocher la première place avec la “création et la mise en place de test permettant d’évaluer toutes les qualités nécessaires aux pratiquants de trail”.

Comment avez-vous vécu l’événement ? Qu’est-ce qui vous a le plus plu ?

L'événement arrive à mêler travail et convivialité. Les échanges avec les coachs ont beaucoup apporté au projet. 

 

Qu’est-ce cela vous a apporté ?

Au niveau personnel : rencontrer de nouvelles personnes et échanger et au niveau professionnel cela a permis de mieux définir le projet. 

 

À votre avis, qu’est-ce qui vous a permis de gagner, qu’est ce qui a fait la différence par rapport aux autres candidats ?

Les coachs ! Après que l'on se soit présenté nous nous sommes dit "on est là pourquoi ? Pour gagner !" À partir de là nous sommes tous allés dans la même direction avec la même envie et c'est peut-être ce qui a fait la différence. 

 

Avez-vous fêté votre victoire à votre retour ?

 C'est prévu !!

 

Quel a été l’élément moteur, qui vous a poussé à vous inscrire à ce concours ?

La proximité, nous sommes basés sur Font Romeu et aussi le fait que ce soit un concours spécifique aux startups dans le domaine du sport

 

Un mois après le Sportup, où en êtes-vous ? 

Les choses se sont beaucoup accélérées depuis le Sportup car nous avons vraiment pris conscience des points forts du projet. Nous prévoyons la création de l'entreprise en janvier 2019 pour un démarrage de l'exploitation au printemps 2019. 

Qu’espérez-vous pour 2019 ?

Que tout se passe comme nous l'avons prévu… 

 

Jean-Michel ESTIBALS, Twin Solutions

"En trois jours, j'ai gagné plusieurs années"

Le premier prix pour les entreprises en développement a été décerné, sur le stade du CREPS/CNEA de Font-Romeu, à Twin Solutions. Samedi 6 Octobre 2018, Jean-Michel ESTIBALS a pitché et l’a emporté face aux autres candidats de cette catégorie.

 

Jean-Michel ESTIBALS, Directeur Général de Twin Solutions avec Thomas MUFFAT-JEANDET, est venu représenter sa société de services, spécialisée dans la conduite de projets de valorisation des données. Le projet innovant développé par cette entreprise, située dans l’Hérault, est de proposer une analyse de données pour anticiper les performances d’un athlète. Le jury a reconnu le potentiel de ce projet et lui a attribué le gain de 3000€.

Comment avez-vous vécu l’événement ? Qu’est-ce qui vous a le plus plu ?

Cet événement a été pour moi un concentré de réponses aux questions que l'on se posaient. J'ai aimé le coaching.

 

Qu’est-ce cela vous a apporté ?

Cela m’a apporté une accélération en terme de temps. En trois jours j'ai gagné plusieurs années.

 

À votre avis, qu’est-ce qui vous a permis de gagner, qu’est ce qui a fait la différence par rapport aux autres candidats ?

L'ambition de notre projet, l'expérience de l'équipe et les partenariats de recherches avec le CNRS.

 

Avez-vous fêté votre victoire à votre retour ?

Bien sur ! J'ai partagé cette victoire avec toutes les équipes de Twin Solutions et certains de nos clients et partenaires.

 

Quel a été l’élément moteur, qui vous a poussé à vous inscrire à ce concours ?

Le retour des candidats des années précédentes et le professionnalisme de AD'OCC sport.

 

Un mois après le SportUp, où en êtes-vous ? Quels sont vos projets à l’heure actuelle ? 

Nous sommes convaincus... et on accélère.

 

Qu’espérez-vous pour 2019 ?

Nous espérons avoir une équipe renforcée et plus de clients.

Un événement organisé par

2018 - AD'OCC 

2019 - AD'OCC 

flamme.png